Truite de mer en nymphe.

A moins d’une semaine de la l’ouverture, nous sommes tous le nez dans le matos et à surveiller la météo. Je vous livre ici le récit de la capture de la première truite de mer en nymphe la saison dernière. C’est encore trop tôt pour espérer toucher un de ces grands poissons avant le mois de mai. Néanmoins, maintenant que la truite va ouvrir, je vais les attendre avec impatience. Il y aura certainement des sorties saumon pour varier un peu les plaisirs si les conditions s’y prêtent.

Cette capture intervient l’année passée alors que la saison démarre timidement. Je profite d’un peu de temps libre pour aller sur un des secteurs les plus amont que je pratique. Je veux faire une série de dérives pour voir si les postes ont changés. A chaque fin de saison, je connais chaque coulée par cœur tant je les ai pratiqué. Mais les crues hivernales façonnent la rivière et changent les postes. C’est pourquoi, je prend toujours un peu de temps pour repêcher les dérives productives. Je m’installe donc à l’amont de cette veine d’eau que j’adore et commence mes dérives. Je peigne rapidement toute la largeur de la veine en changeant sans arrêt la profondeur de mon indicateur pour me faire une image mentale de la topographie du poste. Les accros et irrégularités vont dicter le positionnement des poissons. Mieux il est placé dans la veine, plus un obstacle sera favorable à la tenue de gros poissons. Ceux qui sont en dehors de la veine, et par conséquent moins profonds, vont tenir des poissons plus petits par eaux claires. En revanches, si les eaux sont piquées ils deviendront des postes de premier ordre.

Pendant une petite heure, je peigne machinalement l’ensemble de la veine d’eau. Je change ma profondeur, laisse des nymphes, rechange de profondeur et aussi de nymphe histoire de pêcher en confiance même si il y a encore peu de poissons. C’est à la fin de la veine sur le début de remontée que mon indicateur plonge. Au ferrage, je sais déjà ce que je tiens. La masse cumulée à la violence des coups de têtes ne laissent aucun doute. Comme chaque année, sur les premières je suis comme un gosse. J’ai toujours l’impression que je vais les perdre. Il y a bien une minute que je suis pendu quand je parviens enfin à calmer ce poisson. Elle colle le fond et je la travail maintenant en douceur. Je sais que ce n’est plus qu’une question de temps. Je récupère ma soie peu à peu et la belle finit alors glisser dans l’épuisette d’Erwan. J’y croyais tellement peu que j’étais parti sans épuisette…Elle est là, ma première truite de mer en nymphe de la saison 2017. Il y en a eu bien d’autres, mais les premières ont une saveur toute particulière. Je sais qu’il en sera de même pour les truites le weekend prochain.

première truite de mer à la mouche de la saison 2017.

Si les grands poissons font rêver, il me semble important de prendre du plaisir avec l’ensemble des prises. Parfois la pêche est plus simple que d’autres et les poissons s’enchaînent. Ne boudons pas notre plaisir dans ces cas là, profitons pleinement. Sur une saison, il a des moments forts et des moments plus compliqués savoir relativiser et apprécier chaque prise à sa juste valeur c’est assurément l’essence même de notre passion.

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

7 thoughts on “Truite de mer en nymphe.

    1. Bonjour,
      tu peux toujours commencer au leurre avec une canne à broc et à la mouche avec ton matos habituel. Même si c’est pas le top ça permet de faire une première expérience. Avant de te lancer dans l’aventure renseignes toi bien de la règlementation sur les cours d’eau que tu comptes pêcher.
      A bientôt.
      Gaêl

  1. Bonjour Mr Even. Et bien c’est reparti pour les articles et reportage truite de Mer! Superbe le partage! J’aurais vraiment aimé l’année dernière faire un stage truite de mer au toc avec vous mais malheureusement et malgré un premier contact avec vous je n’ai pu me libérer en fin de saisons, mais sa doit être quelques choses de pêcher avec vous ces belle blanches!
    Bonne ouverture à vous et peut-être qu’un jours on ce croisera au bord des eaux vive!

    1. Bonjour Alexandre,
      merci pour les compliments. La pêche des truites délivre des sensations que peu de poissons peuvent offrir sous nos latitudes. De vrais missiles dans une livrée d’argent. Je vais prendre le temps de développer un peu plus ce sujet sur ce blog cette année. Que ce soit, toc, leurre ou mouche.
      A bientôt peut être au bord de l’eau et encore merci pour ce commentaire.
      Gaël

  2. bonjour Gael je voudrais me mètre a la pêche a la mouche surtout la nymphe mais je ne sais pas quelle sorte nymphe prendre , je pêche sur la canche (62) truite fario et de mer peux tu me donner un sélection de mouche et de nymphe car il y a trop de choix un grand merci a toi

    1. Bonjour Ludovic,

      les nymphes à truites de mer sont assez spécifiques. L’idéal c’est de monter les modèles qui correspondent aux rivières que tu pratiques. Je vais bientôt mettre des fiches de montage en ligne comme ça tu pourras constituer ta boîte.
      A bientôt.
      Gaël

Laisser un commentaire