Souvenir d’une sortie en réservoir.

Cette sortie remonte un peu avant l’ouverture de la truite. Au sortir de février nous étions comme des lions en cage. Il n’en a pas fallu beaucoup pour que l’on se décide à aller tremper nos mouches. Pierrax était de la partie dès le matin et l’ami JF seulement à partir de midi. La météo annoncée était catastrophique mais l’absence de pluie les jours précédents avait redonné à l’eau une couleur acceptable.

Et hop, dans la filoche!

Le temps est tellement mauvais que nous sommes seuls sur le réservoir. Nous ne commençons pas trop tôt et optons pour une pêche au streamer. La couleur de l’eau et la faible luminosité ne nous permettent pas de voir les poissons. Il y a peu de manifestations en surface. Comme les poissons ont été assez peu sollicités, le streamer nous permet de pêcher assez creux et de couvrir pas mal de terrain pour éventuellement trouver des rassemblements de poissons.

Et hop, suivante!

Pour faire ma journée je ne me suis pas trop encombré, étant donné que la pêche en nymphe ne risquait pas d’être la pêche du jour, j’ai opté pour ma canne à truite de mer, une 10 pieds soie de 6. Comme ça je peux aisément passer du stream, au blog, les deux techniques les plus rentables à mon goût dans ce cas de figure.

j’ai vu une grosse bête!

Nous allons prendre quelques poissons au stream, mais sans réellement trouver la solution. Les touches ne sont pas régulières et pas spécialement franches. En revanche dès que je passe au blob non plombé et que je le laisse couler tout doucement sans l’animer c’est une autre histoire. Les touches ne tardent pas et sont vraiment franches. Nous allons enchaîner une belle série de jolis poissons dont quelques-unes vraiment jolies.

Pierrax et un petit train…

A plusieurs reprises nous allons nous retrouver pendu en même temps. Même si le milieu est artificiel, pendant ces périodes de disette c’est toujours sympa de sentir la canne plier et d’entendre le frein chanter. Les poissons sont concentrés sur certaines zones, nous pêchons alternativement les petits plans d’eau et les rivières. Quand il y a un faible courant nous avons recours à un tout petit morceau de biostrike pour maintenir le blob suspendu à la bonne profondeur. Il arrive fréquemment que les touches interviennent exactement au même endroit.

JF nous rejoint le midi le temps d’un bon pique nique en plein air. Il va faire soleil pendant ce moment précis, un soleil de début de saison, celui qui vous caresse le visage et qui a un goût de trop peu! Nous reprenons la pêche et allons vivre deux heures vraiment sympathiques avec des poissons actifs et pas trop de pluie. Malheureusement, le vent va se lever sérieusement et l’eau va se troubler suite aux averses du matin.

la mouche du jour.

La pêche se complique sur la fin, l’eau est vraiment trouble. Pour toucher quelques poissons je vais repasser au stream noir avec une récupération utlra lente, proche du fond et la plus régulière possible.

Une news avec peu de photos, c’était une sortie avec les copains et je ne pensais pas l’utiliser. Nous y allions seulement pour nous retrouver et sentir un peu le mucus. En attendant que nous puissions revivre des bons moments au bord de nos rivières et autres lacs, je tiens remercier ceux qui œuvrent au quotidien pour que cela se passe pour le mieux pour les malades mais également pour ceux qui sont confinés.

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

One thought on “Souvenir d’une sortie en réservoir.

Laisser un commentaire