Premières truites de mer de la saison.

Nous y sommes, les premières truites de mer sont arrivées, avec une touche ferrée dans le vide et un décroché on ne peut pas dire que ma saison commençait fort. Cependant mes rares sorties au leurre et au toc m’ont offert l’opportunité de parcourir les rives et de constater les changements suite aux crues hivernales. Ce repérage de début de saison est indispensable en particulier pour nos pêches ne nuit. Savoir à quel endroit lancer et à quel endroit ne surtout pas lancer change considérablement votre soirée. En particulier quand le créneau d’activité dure à peine trente minutes.

Je retrouve les ambiances tardives que j’adore.

Je vais débloquer le compteur en nymphe alors que je réalise ma première sortie mouche. Sur le troisième poste mon indicateur s’enfonce, suite à mon ferrage les coups de têtes et le départ en force ne laissent aucun doute sur l’identité de la cliente. Il reste ensuite à ne pas la perdre, ces poissons fraîchement montés sont assez difficiles à gérer. Ils paniquent facilement et ma pointe en 16 n’est pas de taille à stopper une belle truite de mer qui entreprend de changer de pool. Passer la série de coups de boule, les départs et les contorsions sur place je vais commencer à entrevoir les éclats de la belle. Quelques instants plus tard je la glisse dans le filet. Je suis aux anges. Je reste définitivement un gosse fasse à ces merveilles de la nature.

Toute première truite de mer de la saison. Une rapide photo avant de la regarder plonger à nouveau dans la fosse.

Une série de dérives plus tard l’indicateur s’enfonce de nouveau. Je revis la même scène avec un peu moins d’intensité car le poisson est un peu plus petit. Nouvelle mise à l’épuisette et rapide séance photo. Je suis comblé. Pour une première cela me convient très bien. Je vais insister encore un peu sur un autre poste sans succès. Ma matinée se termine et je rentre apaisé.

Des reflets magnifiques.

Galvanisé par ce doublé, je prend ma canne au toc et change de secteur. Je vais pêcher deux bonnes heures avec à la clefs quelques farios de taille modeste. Qu’importe, j’ai repéré quelques accrocs qui seront productifs d’ici peu.

Je retrouve l’ami Philippe pour un coup du soir sur un troisième secteur. Le début de soirée est vraiment très calme. Comme d’habitude avant la touche la torpeur du soir couplée à la concentration nous plonge dans un état assez spécifique. On a beau s’y attendre quand vous lancez plusieurs heures sans touche, au moment où cette dernière intervient elle a le dont de surprendre. Alors que mon leurre longe un arbre immergé je me fais intercepter. Je ferre et tente de suite d’extirper le poisson. Elle monte en surface roule plusieurs fois et se décroche. Je vous passe la série de gros mots et autres expressions qui s’échappent de ma bouche sur le moment. Philippe qui arrivait avec l’épuisette est bien déçu également. Nous nous replaçons et le lancer suivant au même endroit je me fais à nouveau corriger. Cette fois elle y est bien! Après un magnifique combat, elle glisse enfin dans l’épuisette de mon comparse.

Je suis toujours surpris par la différence de combativité de ces poissons en fonction du matériel utilisé.

Philippe manque une touches quelques instants plus tard et se sera terminé pour le reste de la soirée. Je rentre heureux et bien fatigué des tous ces kilomètres parcourus. Je commence ma saison sur un triplé, il n’en fallait pas plus pour me motiver à fond. En attendant les prochaines, je remercie Philippe pour la balade et vous dis à bientôt au bord de l’eau.

Laisser un commentaire