Pêches de sandres du bord.

Ca y est, nous pouvons retourner pêcher. On ne peut pas faire ce qu’on veut exactement mais on peut déjà renouer avec les sensations oubliées. Toujours dans l’idée de vous proposer des petites vidéos sympas j’ai pris mes cannes un peu longues et je suis allé quelques heures pêcher depuis le bord. Une pêche que je pratiquais beaucoup et que je pratique un peu moins depuis quelques années. Bien entendu j’y vais de temps en temps mais cette fois j’ai vraiment pris du plaisir à retrouver ces pêches qui nécessitent peu de matériel.

Retour aux sources, les pieds dans l’eau.

Il n’y a pas beaucoup d’eau et elle est très claire, j’ai commencé à chaque fois au lever du jour au poisson nageur pour intercepter les quelques poissons qui chassent encore dans les bordures avant que la lumière ne soit trop intense. La même chose peut être faîte le soir bien entendu. A ce petit jeu le Dozwido 90 est vraiment sorti du lot. Une récupération 3/4 aval assez lente avec des pauses régulières et quelques petits coups de scion secs pour le désaxer au moment où votre leurre approche du fond. C’est bien souvent à ce moment qu’interviennent les touches. Les sandres ont souvent répondu dès le début et les belles perches un peu plus tard. Au niveau des touches tout est possible, coup de fusil, simple sensation de lourdeur et bien souvent un petit toc assez sec.

Très belle perche matinale.

Une fois les touches moins nombreuses au poisson nageur c’est le moment de passer au leurre souple. Les poissons se décalent vers le lit de la rivière avec la luminosité qui augmente. A ce petit jeu dernièrement deux modèles sont vraiment sortis du lot, les whiz 100 dans les coloris naturels quand les poissons ne sont pas très actifs. Une pêche légère avec de petits décollages du leurre pour que le courant le fasse dévaler un peu et le tour était joué. Dans ce type de pêche en rivière il faut toujours trouver le compromis entre : portance de la tresse, distance et angle de pêche, poids de la tête plombée et taille de la caudale. Trop léger le leurre décolle trop, vous passez trop vite, trop haut. En plus, c’est souvent comme cela que l’on s’accroche le plus. Trop lourd, le leurre ne veut pas décoller on le “tracte” : la présentation manque de naturel. Notez que les toutes les solutions évoquées ont leurs heures de gloires et qu’il est bon de maîtriser les trois.

Whiz 100 Gremille, un de mes favoris.

En fonction de la luminosité il convient de changer régulièrement de leurre dès que les touches ralentissent. Il en est de même quand vous venez de prendre plusieurs poissons sur un poste souvent en changeant de leurre vous parvenez à reprendre quelques touches supplémentaires. Dans ces conditions d’eau claire j’aime assez les leurres aux teintes naturelles avec plus où moins de paillettes en fonction des touches que j’enregistre. Une belle surprise pendant mes phases de test, le Nitro Shad 65 qui jusqu’à maintenant m’avait très bien réussi sur les perches s’est montré très persuasif sur les sandres.

Nouvelle taille de Nitro Shad, quand les poissons sont dans les petites proies.

Au niveau des tailles de bas de ligne, j’ai péché entre 22 et 29 centièmes en fonction de leurres et surtout de la lumière. A chaque fois j’avais deux cannes, une 225 pour les pêches au poisson nageur et au leurre souple quand les poissons sont dans la bordure et une 260 quand la distance est imposée. Cette dernière longueur permet de lancer plus loin mais également de soustraire une partie de la bannière du courant et de mieux rester dans une veine d’eau. On minimise le phénomène de dragage bien connu des moucheurs.

Mon gros coup de cœur de l’année, cette canne est juste fabuleuse.

Un vrai bonheur de voir cette tension si particulière dans la tresse rompue brutalement alors que le leurre dévale gentiment comme livré à lui même dans une veine d’eau à peine plus rapide que les autres. Vivement la prochaine fois et d’ici là les vidéos devraient illustrer mes propos. Entre temps tous les coups sont permis, comme ce coup du midi rapide dans un plan d’eau entre deux développements de nouveautés. Elles ne sont pas très grosses mais l’essentiel était ailleurs…

des croqueuses de G bump!

Nous avons manqué la meilleure période de l’automne, il reste cependant quelques bons coups à faire en attendant la période des crues qui donnera lieu à d’autres approches. En attendant prenez soin de vous et des vôtres et gardez le moral. Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

18 thoughts on “Pêches de sandres du bord.

  1. Merci Gaël, je viens justement de relire et revoir tes conseils et videos sur l’approche du sandre, il se fait rare par chez moi et j’essaye depuis 3 hivers sans réussite …
    Je ne désespère pas et vais essayer de mettre tout ca en application .

    1. Bonjour Juju,
      si il n’y en a pas beaucoup c’est vraiment difficile d’avancer dans la recherche de ce poisson. Il est parfois plus intéressant de le chercher moins souvent mais de se déplacer sur des régions mieux peuplées. Dans tous les cas bon courage et merde pour tes futures sorties.
      Bonne journée.

  2. Merci à toi Gaël, cela pourras m’aider avec cette pêche qui es assez compliqué en se moment à mon goût. J’espère que t’es conseil me porterons chance

    1. Bonjour, en effet avec les températures qui baissent et les eaux claires c’est une période délicate. Il faut persévérer et espérer tomber sur un créneau d’activité;
      Bonne journée et merci pour ce petit mot sympa.

  3. Bonjour Gaël,
    Un bon compte rendu pour une reprise avec ces détails toujours aussi instructifs . Pour moi, c’est pas facile de passer d’une eau à 13°c avant ce confinement à une eau à 6°c, il faut s’habituer au froid et trouver les tenues des poissons. Les poissons ne sont pas faciles à localiser où je pêche, pas ou peu de bancs de poissons à l’écho et parfois je vois monter les sandres sur le leurre, ils sont dans la zone d’ombre, mais pas toujours mordeurs. Sans les voir monter, j’ai l’impression de pêcher le désert pourtant il y a du sandre (vu mes sorties aux autres saisons).

    1. Bonjour Jean-Louis,
      en effet nous sommes dans une période charnière qui peut offrir le pire comme le meilleur. C’est aussi une des spécificité du sandre, ce côté lunatique et imprévisible. C’est ce qui donne une dimension particulière dans la recherche de ce poisson. Il ne faut pas hésiter à varier, tes approches, les techniques, les leurres jusqu’à trouver ce qui fonctionne le mieux à un moment donné.
      Bonne journée, merci pour ce petit mot.

  4. Bonjour Gaël,
    je prend toujours beaucoup de plaisir à vous lire, j’apprécie la simplicité et la clarté avec lesquelles vous abordez vos sujets. Pêcheur en pays tarnais, je vous rejoins sur cette période transitoire ou le froid s’installe progressivement et influe de manière spectaculaire sur le comportement des poissons (“le pire comme le meilleur”…). J’ai pu noté cependant, par rapport à cette période, une différence nette dans la fréquence des pics d’activité entre une prospection en rivière (notamment en abordant des seuils ou chaussées) et une prospection sur des plans d’eau collinaires par exemple. L’activité semble ralentir beaucoup plus vite en lac qu’en eau plus vive. Qu’en pensez vous?
    Un grand merci en tout cas pour vos articles.
    Bonne journée et portez vous bien

    1. Bonjour Stéphane,
      tout d’abord merci pour les compliments. Il y a une grosse différence entre les rivières, lacs et petits plans d’eau car les différents milieux offrent une grosse différence d’inertie thermique. En effet en lac les poissons vont pouvoir facilement descendre plus profond et trouver une stabilité thermique que n’offrent pas les deux autres milieux. Il en est de même pour les proies, ce phénomène engendre une disponibilité des proies plus importante dans les grosses masses d’eau et par conséquent les poissons seront plus difficiles à décider. En revanche sur une grosse baisse des température, la stabilité du lac donne des opportunité quand les deux autres milieux sont sur off.
      Bonne journée et à bientôt.

  5. Hello Gaël, tes récits sont toujours aussi passionnant.
    Bon, c’est décidé, je vais venir te voir plusieurs fois la saison prochaine pour une série de guidage. L’un d’entre eux sera la pêche du sandre au toc avec un leurre souple .

    1. Bonjour Johan,
      avec plaisir, c’est une pêche pleine de subtilités qui réserve souvent de belles surprises.
      A bientôt au bord de l’eau peut être.

  6. Bonjour,

    Merci pour ce post très instructif pour le très médiocre pêcheur de sandres que je suis qui essaie depuis quelques saisons de prendre un sandre correct (plus de 50 cm) dans la Seine dans Paris intra-muros depuis le bord.

    Dans votre article, j’ai noté que vous sembliez pêcher de l’amont vers l’aval en laissant le leurre descendre le courant un peu comme au vairon mort. Mais dans ce cas à quoi sert la caudale (le paddle) du leurre souple ? En effet, le LS n’étant pas en traction mais dérivant comme un appât au fil du courant, il me semble qu’il ne sert à rien. Ou à pas grand chose. Sauf quand on ramène le leurre de l’aval vers l’amont.

    Cordialement.

    Franck

    1. Bonjour Franck,
      en effet il y a des sorties pendant lesquelles les touches intervienent uniquement quand le shad descend le courant et d’autres au contraire pendant lesquelles il convient de pêcher aval et de tenir le leurre assez longtemps dans le champ de vision du prédateur. Ne t’inquiètes pas pour ce qui est de la vibration de la caudale de ton leurre quand tu pêches amont, il va toujours bouger suffisamment. A défaut de vibrer au maximum la caudale offre de la portance au leurre et lui permet de moins “revenir” vers toi. Il en résulte une dérive plus naturelle. Si tu souhaites prendre tes premiers sandres de taille sympa sur la Seine je te conseil de tenter les leurres suivants : Whiz 100 Gunki coloris gremille, Smelt paradise et ayu, V2vib gunki 12,5 Gost Zander, Milk paradise et Brown Chart, toujours chez Gunki ajoutes quelques Tipsy CXL dans les tons blancs et marron. Enfin chez illex je te conseille vivement le Magic Slim Shad en 5 en Sexy Shad, Gold Pumpkin et Sight Fash. Bien entendu tu n’es pas obligé de tous les avoir mais c’est la boîte que je me constituerai pour aller pêcher la Seine en ce moment avec des eaux assez claires. N’hésistes pas à insister le long des péniches, sorties d’eau et piles de pont (en amont comme en aval). Varies tes plombées entre 7 et 14gr à chaque fois pour varier les vitesses de descente.
      N’hésites pas à me tenir informé de tes résultats.
      A bientôt
      gaël

      1. Bonsoir,

        Merci pour ces conseils. Vraiment sympa de votre part d’avoir pris le temps de m’envoyer une réponse aussi longue et instructive.

        Pour la pêche, vu mon emploi du temps du moment et les restrictions actuelles, je crains qu’il ne faille attendre un peu pour essayer toutes les solutions que vous m’avez proposées ! Voire attendre le début de la saison 2021.

        Bonnes fêtes de fin d’année.

        Cordialement.

        Franck

  7. Salut Gaël

    je n arrive pas à savoir quelle solution adopter…comment faire quand on pêche la où il y a des sandres mais aussi des brochets ? Gros fluoro quand même en terminaison ? et quel diamètre alors ? Mais si oui est ce que ça pêche encore si on est sûr 3 pouces en 7 g ? Un Bas de ligne acier n est il pas plus discret ? genre american fishing wire ?

    D une manière générale pourrais tu nous redonner des fiches de révision ( on fera des antiseches !) pour quand on va repasser le bac de rattrapage avec les poissons…tes différentes configurations selon pêche du genre deraball et aussi leurres plus gros plus lourds… diamètre tresse et celui tête de ligne fluoro, la longueur aussi
    pour le broc…( je pêche d3sormais sur Parentis et Sanguinet)
    pour le bar : je pêche à belle île du bord et en côte d Armor, parfois sur parcs, en kayak/ bateau…jamais plus profond que 20 25 mètres…

    Merci professeur !

    1. Bonjour Pierre,
      pas de tour de magie, quand l’eau est trouble on peut monter en taille de bas de ligne et avoir moins de déconvenues avec les brochets quand on cherche le sandre. En revanche, dans les eaux claires je n’ai pas de solutions miracles à part miser sur un coup de bol…
      Pour ta seconde question, je vais faire une news très prochainement sur les différents bas de ligne en fonction des espèces et des conditions.
      Bonne journée et à bientôt.
      Gaël

Laisser un commentaire