Pêche des bars au leurre de surface comment bien choisir son leurre. partie 1

La pêche en surface est, sans le moindre doute, celle qui procure le plus de sensations. Voir le poisson exploser en surface sur le leurre, le manquer et revenir suite à une accélération , le manquer à nouveau ou, au contraire le prendre et voir la tresse se tendre, ferrer avec un léger retard et sentir les coups de têtes du poisson en même temps qu’il fait de gros remous en surface génère des émotions sans comparaison possible.

L’avantage de la pêche en surface c’est qu’elle est visuelle. On sait en général assez rapidement si le leurre choisi est le bon. S’il ne se passe rien, si les refus sont trop nombreux, il convient de changer rapidement le leurre ou au moins le rythme des animations. En fonction de ces caractéristiques chaque leurre possède une vitesse de récupération et un type d’animation qui augmente considérablement le ratio nombre d’attaque/poisson pendu.

Clyde Mud Sucker 110

Avant de se lancer dans une petite sélection de leurres qui vous permettront de couvrir un maximum de situations, il convient définir les deux approches que vous pouvez adopter pour tromper la méfiance des bars. Vous pouvez utiliser le leurre de surface comme s’il s’agissait d’une proie. On cherche alors dans notre boîte un leurre qui a la taille et la couleur du poisson fourrage.

Riser Bait 007R pour imiter les alevins de l’année

Au contraire on peut augmenter la taille du leurre pour jouer sur la territorialité du poisson et son instinct de compétition. Dans ce cas l’ajout du teaser au devant d’un gros leurre de surface type Bonnie 128 est souvent une bonne solution. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de constater l’absence de touche sans teaser et, au contraire, des touches à chaque passage avec ! Il y a même des journées pendant lesquelles ils ne prennent que le teaser. Attention à monter la taille du bas de ligne dans ce cas de figure, les doublés sont fréquents.

doublé! le plus gros sur le Bonnie 128 et un petit sur le teaser.

Je vais vous donner les critères que j’utilise pour classifier mes leurres afin de savoir quand les sortir de ma boîte.

Riser Bait 008

La sonorité du leurre est un des premiers critères à “écouter”. La présence de billes et la nature de ces dernières ont une incidence directe sur la capacité que va avoir le leurre à faire venir les poissons de loin. Plus les poissons sont calés profond, plus je mets un gros leurre avec de grosses billes et plus je vais l’animer lentement. A contrario bien entendu, peu d’eau, petit leurre ou/et petites billes voire pas du tout de billes.

Le Mudsucker110 et ces petites billes…

On regarde ensuite la position qu’a le leurre au repos sur l’eau. Plus cette dernière est horizontale plus le leurre pourra effectuer des zigzag amples. Plus sa position de repos et verticale plus je pourrai faire “claquer” le museau du leurre pendant les animations. Les leurres qui se tiennent verticalement tiennent en général mieux la vague et sont plus facilement aspirés sur les phases d’arrêt. D’un autre côté ceux qui flottent plus haut et plus à plat seront recommandés quand les poissons veulent des leurres plus discrets ou des animations plus amples.

Bonnie 95, grosse bille tungstène et une position verticale au repos. Idéal pour faire du “bruit”.

Certaines journées les poissons ont vraiment du mal à “percer” la surface. Cela se traduit par des montées “courtes” et bien souvent le poisson ne remonte pas. Des leurres qui nagent davantage dans, voire même, sous la pellicule ont alors beaucoup plus de succès. Les attaques sont souvent un peu moins explosives mais au moins on prend les poissons…

Water Monitor, coulant pas de billes. Idéal quand les refus sont trop nombreux.

On peut parfois tricher un peu, c’est d’ailleurs bien de savoir le faire. On peut abaisser la ligne de flottaison d’un leurre en remplaçant les triples d’origine par des plus gros. La même chose peut être obtenue en enroulant du fil de plomb sur la hampe des triples. Il va alors bouger plus d’eau et pêcher plus bas. C’est également possible sur les leurres à trois triples de modifier les caractéristiques. Par exemple sur un Bonnie 128 on peut remplacer les trois triples d’origine par deux plus gros que l’on place en queue. Le leurre se lance alors mieux car il a plus de poids sur l’arrière et se présente un peu moins à l’horizontal. Il est alors idéal pour les prospections rapides avec des écarts de faible amplitude.

Bon choix de Yannick sur cette action!

Un autre critère qui peut avoir de l’importance c’est la capacité qu’a le leurre à se lancer loin. En bateau le vent dans le dos c’est rarement un problème. En revanche du bord et quand on a le vent de face les choses se compliquent. Les leurres compacts et denses ont alors un avantage certain sur tous les autres.

Riser Bait 008 : 8cm pour 21,7gr!

Pour choisir mes couleurs j’ai tendance à mettre des leurres, blancs, dos jaune ou ventre orange fluo quand il n’y a pas trop de lumière et des couleurs de plus en plus naturelles et transparentes en même temps que l’intensité lumineuse augmente. Néanmoins ce sont les bars qui choisissent et dans bien des cas ils me surprennent. Heureusement d’ailleurs, c’est aussi ça la magie de la pêche.

Nous entrons dans la meilleure période pour la pêche en surface, loin d’être juste fun, cette pêche prend vraiment beaucoup de poissons et pas que des petits. dans le prochain article je vous livre le mode d’emploie de mes leurres fétiches.

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

Laisser un commentaire