Pêche de bars automnale.

Mon pote Vince est de passage en Normandie. Initialement nous avons prévu une sortie truite de mer. En même temps la météo annoncée quelques jours à l’avance ne laisse pas trop de choix. Contre toute attente, un créneau se dégage et nous pouvons sortir en mer. Compte tenu des dernières sorties nous n’hésitons pas longtemps : ce sera pêche au bar et pour le coup l’ami Philippe se joint à nous. Alors qu’il devait y avoir une tempête, nous arrivons sur place et c’est une magnifique “pétole” qui s’offre à nous.

Ambiance matinale!

La pêche du matin va être moyenne, quelques poissons mais rien de sérieux. Vince va faire les siens au Super DD Squirel, Philippe à la Runner Blade 90 et moi au Nitro Shad 90…bref rien ne se dégage. Nous passons tout de même un super moment et il y a tout de même des touches. Même si les poissons sont de taille moyenne, c’est toujours mieux que rien.

Runner Blade 90 pour Philippe avec une belle pétole.

Je vais toucher quelques poissons dans une belle détection en jouant sur de la réaction. Je leur propose un Nitro Shad 120 sur 35gr dans 10m d’eau. De grandes tractions vives pour le faire monter au dessus de la détection pour ensuite le laisser redescendre dedans. La touche intervient à chaque fois à la descente.

un poisson sympa en traction au Nitro Shad 120.

Une fois que la marée va s’inverser les choses vont s’accélérer. Tout d’abord nous allons les prendre à la Runner Blade 90. Les touches sont violentes et les poissons se succèdent. De véritables gosses, on lance, on laisse descendre, on mouline et c’est pendu! A tous les tours on gagne. Le problème c’est que c’est difficile de trier. On prend un peu de tout.

Runner Blade 90.

Sur les détections un peu plus grosses nous allons parvenir à trier un peu en utilisant des Nitro Shad 120 et en ne ferrant que les plus jolies touches.

Les poissons vont ensuite bouger et le courant ralentir. Comme souvent dans ce type de configuration les Magic Slim Shad prennent avantageusement le relais des Nitro.

Un Magic Slim, tout neuf…
Mes Magic Slim le lendemain…

En fin de journée le vent se lève sérieusement et nous allons pêcher à l’arrière de la dérive avec une taille moyenne sympa et des touches ultra violentes. Un vrai bon moment. Tellement bien que je ne vais d’ailleurs pas prendre de photo…

Fin de journée pêche en oblique.

Une journée qui fait vraiment du bien, de la bonne compagnie et des touches dans tous les sens et un temps de malade. Ca devrait toujours être comme ça!

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

7 thoughts on “Pêche de bars automnale.

  1. salut Gaël !

    Comment faire avancer la pratique de relâche des gros bars, les plus fertiles des géniteurs ?

    Je suis Pierre Pieprzownik, pêcheur anonyme, et professeur d’histoire-géo : la pédagogie, j’y crois !

    Je suis frappé de l’ignorance des pêcheurs y compris très pointus sur la biologie du bar…Nous sommes nombreux qui pourrions avoir de hauts diplômes « es leurres » sur les marques, les couleurs, les gommes…Mais combien de pêcheurs connaissent l’âge du poisson qu’ils viennent de prendre, ou ont une idée de la distance qu’il a parcourue depuis qu’il a frayé, nous qui venons d’intercepter sa course… ? 11 ans et parfois plus de 15 ans pour un bar de 70 cm !

    La question du nombre de prise s’est imposée : je m’en félicite.
    Mais une question n’est pas abordée à la hauteur qu’elle mérite : quelle taille de poisson garder quand on veut en garder un ?

    Nous sommes souvent tentés de garder les beaux : on n’avouera pas que c’est par gloriole, mais on a plein de bonnes raisons…en toute bonne foi souvent, et toujours par pure ignorance : parce que on pense parfois que les gros sont moins fertiles, ou parce que ce poisson a déjà rempli sa fonction reproductrice plusieurs fois et qu’il est donc mieux de le garder lui plutôt que le plus petit…

    Les données scientifiques ne sont pas nombreuses pour savoir quels comportements vertueux adopter.

    Mais pour le bar, on doit pouvoir affirmer que les poissons d’au-dessus-de 70 cm sont de très gros géniteurs qu’il faut absolument remettre à l’eau. La taille de 70 peut être débattue : 65… ? Un sujet de65 cm pondrait au moins 10 fois plus qu’un sujet de 45 cm !
    Mais le principe est je crois indiscutable : relâchons les gros !

    N’attendons pas le législateur pour faire ce travail !
    N’attendons pas non plus les études scientifiques !
    Adoptons le principe de précaution !

    Je propose que les grandes marques mais aussi les grands noms de la pêche, les guides de pêche se saisissent de cette question et incitent à ces pratiques vertueuses : mieux valent deux de 50 qu’un de 70cm…
    On pourrait adopter une charte commune, à placer dans les catalogues des marques, sur les sites web des marques, des guides…Appeler tous ceux qui le désirent à signer cette charte, grands noms et anonymes.

    Merci à toi

    1. Bonjour Pierre,

      je suis de ton avis sur ce sujet avec toutefois de réserves.

      Tout d’abbord il est indiscutable que les mesures adoptées ces dernières années ont porté leurs fruits. Il y a beaucoup plus de bars qu’il n’y en avait il n’y a pas si longtemps.
      Ensuite, je suis un partisant du prélèvement raisonné, alors en effet il me semble judicieux de garder deux moyens plutôt qu’un gros mais quid des pêches profondes et sur épaves avec des gros poissons qui ne peuvent pas repartir?
      Ensuite et je pense que c’est à ce moment que nous avons besoin des scientifiques, les bars les plus gros se reproduisent-ils au même endroit que les plus petits.
      Car en effet, et c’est bien là un des problème de cette espèce. Sa pêche sur les zones de reproduction a un impact sur le stock de manière indéniable et ce sont les plus gros poissons qui trinquent. Si les plus petits ne se reproduisent pas au même endroit, ne prend t’on pas un risque?

      Très sincèrement, je ne sais pas trop quoi penser. Bien entendu je suis pour qu’il y ait un maximum de poissons trophés, mais au jour d’aujourd’hui je ne suis pas du tout convaincu que ce soit le pêcheur à la canne qui soit la cause de leur déclin. Je suis même persuadé que plus de 60 pourcent des pêcheurs ne prennent même pas un poisson de plus de 70 par saison. Dans ce contexte doit-on et peut leur reprocher d’en garder un quand cela arrive?

      Je pense que dans un premier temps il serait interresant de compiler les données scientifiques sur l’espèces et d’en faire un document accéssible à la majorité. Une fois les conclusions tirées de ce travail à nous d’en tirer les pratiques qui s’imposent et de convaincre les pêcheurs.

      Enfin, je tiens à préciser une chose que les pêcheurs semblent oublier : il existe une fédération des pêcheurs en mer. Je trouve un peu facile de demander toujours aux marques de porter le message alors que nos “institutions” subventionnées par de l’argent public devraient travailler au quotidien dans ce sens. Pour exemple, on ne demande pas aux marques de voitures de s’occuper de la sécurité routière.

      Merci pour ce petit mot et rassures-toi je serais de ceux qui poussent pour que les pratiques changent, mais avant même de penser à changer les pratiques, il me semble prépondérant de changer un système qui se contente de vivre de l’argent des pêcheur sans se soucier de l’avenir de la ressource et des attentes des pratiquants.

      Bonne journée.
      Gaël

      1. Salut Gaël et merci d’avoir pris le temps de me répondre longuement.

        J’ai écrit mon appel #relache tes gros suite à la prise et à la conservation de gros sujets par un jeune pote, scientifique par ailleurs…et qui en toute ignorance gardait ces gros poissons…Tu écris que la majorité des pêcheurs n’en prennent pas tant que ça de 70 et plus. Mais nombreux sont aussi ceux à en prendre suffisamment pour qu’au bout du compte leur prélèvement soit loin d’être anecdotique. C’est à eux que je voudrais m’adresser et à tous ceux qui , même si un poisson de 70 est plus que rare pour eux, pourraient être sensibles à l’argument de protéger les gros géniteurs.

        J’ai pris position il y a longtemps dans le débat ” qui occasionne le plus de dégâts en prélevant ( et aussi en polluant…) : tout le monde. Je réfléchis sur MA pratique en la recherchant la meilleure qui soit: c’est celle sur laquelle j’ai une prise immédiate…et ensuite ou pourquoi pas en même temps, je prends position sur celle des pro. Mais les convaincre est plus compliqué…

        Tu évoques la pêche profonde : en ce qui me concerne, je ne la pratique pas…Voir un bar ou un lieu avec l’estomac dans la bouche, je ne veux pas. Maintenant ceux qui le font garderont leur poisson c’est sûr. On le sait au départ qu’il y a ce risque : on le prend ou pas, on le prévoit même en voulant garder du poisson.
        L’idée que je propose est une incitation en général, pas une attaque contre les gens qui feront bien comme ils veulent. Mais qu’ils le fassent en touts connaissances de cause et pas par ignorance. Je propose de la pédagogie, rien que de la pédagogie…

        Alors c’est vrai que je t’ai écris à toi et que c’est vers les marques que je me tourne parce que ce sont elles et des gens comme toi qui nous font rêver….et qui peuvent avoir une influence. Un peu comme ce prof dont on se souvient…(j’espère que j’en suis un !) : on se souvient rarement du proviseur…Les présidents de fédé, excuse moi mais…bon il suffit de regarder le fishing club où vous débattez avec un…
        T’imagines le gosse qui dirait ” moi plus tard je voudrais être…président de fédé” avec des étoiles dans les yeux ?
        Non il voudrait être comme Gaël Even ( je prends ce non au hasard !) qu’il a vu sur le catalogue, sur une vidéo…

        J’ai quand même écrit aux fédé de plaisanciers, au ministère de la mer, à la région Bretagne…aucune réponse…ou “c’est pa nous”…

        D’accord avec l’idée d’un dépliant basé sur données scientifiques : mais aucune réponse de l’Ifremer à deux de mes mels…
        Alors à ce rythme là, si on les attend, pas sûr que mes gamins auront même la chance d’en prendre un un jour…ce ne sera plus pour eux La gloire de mon père, ce livre de Pagnol sur la chasse à la bartavelle, mais La gloire de mon arrière grand père sur le bar-de-la-veille…

        Mais bon tout le monde est d’accord avec idée qu’un gros bar est plus fécond qu’un petit…Et c’est vrai en Manche, en Atlantique, en Méditerranée…On n’est pas sur la complexité des mailles de capture de la truite : le bar, c’est facile !

        Un sujet là dessus dans un fishing club, ca serait bien ?

        Et donc c’est bien vers toi et ceux en qui j’ai confiance que je me tourne et espère !

        Un petit encart dans les catalogues des marques mangerait vraiment pas de pain ni de place ! Et on sème des graines dans les têtes…

        Halieutiquement

        Pierre

    1. Bonjour,
      dans cette série deux modèles peuvent correspondre à ce cahier des charges, la S 200 ML cover gate et S 200 Power Finesse. La première a une connicité un peu plus marquée que la seconde et, par conséquent se montrera plus réactivite sur les pêches en verticale profondes. Dans la série Pepper l’Akoya Pearl est vraiment parfaite également avec en prime un scion en carbone plein pour augmenter les sensations.
      A bientôt, peut être au bord de l’eau.
      Gaël

Laisser un commentaire