Les bases de la pêche du sandre en linéaire.

sandre au leurre souple

Le sandre est sans le moindre doute le poisson qui fait gamberger un maximum les pêcheurs. Il faut bien admettre que ce poisson fantasque nous offre les meilleures des parties de pêche quand on cerne bien la pêche du moment mais aussi le sentiment de pêcher dans un désert quand on est à côté. Les débutants y perdent souvent leur latin et beaucoup hésitent à s’y mettre au vue de la réputation de ce percidé. Le but de ce billet est de vous donner les règles qui vous permettrons soit, de prendre vos premiers poissons assez facilement, soit d’éviter d’aller dans le mur quand c’est inutile de perdre du temps.

Pêcher le soir et la matin :

le lever du jour et le coucher du soleil sont des moments pendant lesquels nos amis les sandres entrent en chasse. Plus l’eau est claire et plus se sera vrai. L’avantage du sandre quand il remonte sur les bordures, en particulier au début de sa période d’activité, c’est qu’il est moins regardant. Vous pourrez pêcher plus vite, plus décollé voir même sans toucher le fond avec de réelles chances de succès. De plus les touches sont plus franches, il en résulte moins de ferrages avortés.

souvenir d’une fin de journée avec Jérôme.

des postes clefs :

les entrées de darses, les arrivées d’eau que ce soit un cours d’eau qui arrive dans une rivière, le début d’un lac de barrage, les pointes rocheuses, les plages sont autant postes faciles à repérer et qui à un moment ou à un autre vont être visités. Sur les plages, si il y a d’anciens murets ou des rochers isolés je ne saurai que trop vous conseillez de commencer par là. Dans le cas des arrivées d’eau surveillez bien les coups d’eau. Si vous avez la chance d’avoir une arrivée d’eau sale dans de l’eau claire il y a de fortes chances que ces derniers y passent souvent. De même les courants et les pieds de barrages (quand c’est autorisé) sont des endroits à prospecter les soirs d’été. Dans les endroits éclairés comme les quais, les plages touristiques, le halo lumineux concentre les poissons la nuit. En général il y a moyen de prendre un ou deux sandres avant de dépasser l’heure légale.

souvenir d’un coup du soir du bord sur une arrivée d’eau.

Les bons leurres pour pêcher quand la lumière baisse :

quand la luminosité diminue franchement c’est à dire dans les derniers instants autorisés je ne saurai que trop vous conseiller de passer sur des leurres flashy, comme orange, chartreuse et aussi un leurre blanc monté sur une tête orange fluo. Parmi mes favoris, V2IB, Wihz et I shad tail si l’activité est moyenne, Magic Slim Shad le passe-partout et enfin G Bump et Nitro Shad si c’est la guerre!

Whiz Gunki
Premier lancer au lever du jour, leurre orange/chartreuse et tête fluo.

mode de prospection :

Quand vous débutez le coup du soir prenez assez souvent contact avec fond. Les premières touches interviennent souvent dans le pied de la cassure. La pénombre aidant les poissons vont se rapprocher du bord vous allez dès lors avoir des touches à mi distance. A partir de ce moment je vous invite à pêcher un peu plus parallèlement par rapport aux berges et à pratiquer un linéaire assez lent sans prendre contact avec le fond. En bateau j’ai un faible pour un ensemble casting alors que du bord j’aime bien avoir un ensemble spinning de 210 ou 240cm. La plupart du temps j’opte pour des puissances de comprises entre 7-21 et 10-30gr.

Souvenir d’un coup du soir bien sympa avec l’ami Yannick. Ce soir là c’était Magic Slim Shad blanc tête fluo.

En lac de barrage la fin du mois de mai et tout le mois de juin sont propices aux prospections à l’aide de poissons nageurs mais aussi de leurres souples avec une vibration puissante entre deux eaux. Vous pouvez vous concentrer sur l’ensemble des zones que les blancs fréquentent pour la fraie. Les fonds de baie, plateaux herbeux et bordures densément boisées (à condition qu’elles soient en partie immergées), l’arrivée d’eau dans le lac est aussi un des postes du moment. Pas de complication, on lance, on laisse couler plus ou moins et ensuite on mouline. Dès que l’on a une touche on reproduit ce qui vient de payer.

Le Squirel a encore frappé!

l’animation de base :

on va faire très simple : on lance, on laisse couler et quand la bannière se détend on mouline l’excédent tout en plaçant la canne devant soit entre 30 et 45° par rapport à la surface. On décolle ensuit le leurre d’un petit coup de poignet et on mouline entre un et cinq tours de manivelle avant de laisser le leurre reprendre contact avec le fond. Plus les poissons sont actifs, plus le fond est régulier, moins on est obligé de prendre contact avec le substrat. Toutefois il convient de bien déterminer ce qui déclenche les touches. Si les poissons prennent sur les phases de descente, il convient alors de les multiplier voir de les amplifier en animant un peu plus en dent de scie.

Lumière d’un matin de juin pour ce sandre qui a craqué pour un Nitro Shad 90 ramené en linéaire.

L’utilisation d’une tresse fluo est à mes yeux indispensable pour bien visualiser l’évolution du leurre mais également pour repérer les touches qui peuvent intervenir à la descente. En rivière il est souvent difficile de passer au travers de la détection, en revanche en lac quand on pêche plus profond les touches peuvent être moins perceptibles dans le poignet, c’est alors les yeux qui prennent le relais.

Bien visualiser sa ligne c’est l’assurance de bien détecter les touches.

Je dis souvent que le plus compliqué au sandre c’est d’voir la première touche. En effet ces poissons sont grégaires quand il y en a un il y en a forcément d’autres. Evidemment les densités diffèrent en fonction des milieux. Plus ces dernières sont importantes plus vous avez tout intérêt à relancer le plus vite possible au même endroit et à répéter l’animation qui vous a rapporté ce premier poisson.

Sandres et perches réagissent parfois de la même manière.

Une petite astuce pour ceux qui ne sont pas très doués du ferrage. S’il vous arrive fréquemment de ferrer dans le vide en plus d’utiliser de l’attractant je vous conseil de laisser votre leurre posé sur le fond cinq ou six seconde suite à un ferrage dans le vide. Décollé le ensuite d’un très léger coup de poignet. Vous ne devriez pas passer à côté de la touche qui va suivre!

La Pepper 210 ml en action dans ces pêches de prédilection.

La prochaine fois nous allons faire le même exercice avec les pêches en verticales. En attendant prenez bien soin de vous et de vos familles. A bientôt derrière vos claviers.

17 thoughts on “Les bases de la pêche du sandre en linéaire.

  1. Merci Gael pour ces conseil je pêche du bord depuis des années et je me suis enfin acheté une embarcation pour nos lacs morvandiau
    Donc je prend note des conseils et n’hésiterais pas à te faire un retour…
    Bien à toi

    1. Bonjour Nicolas,
      de nouveaux horizons s’ouvrent à toi. Le terrain de jeu est très sympa. Peut être nous croiseront nous cet été pendant mes vacances. J’ai une fois de plus prévu d’aller y traîner mes leurres.
      A très bientôt.

  2. Salut Gaël, article une nouvelle fois très intéressant surtout pour qqun qui ne cherche pas forcément le Sandre mais rien que la technique d’animation et les périodes propices ça donne envie , merci encore à toi d’éclairer notre savoir !
    Prends soin de toi et des tiens !

    OLiv’

    1. Bonjour Oliv,
      encore une fois merci pour ton petit mot. Même si tu ne le pêche pas trop souvent je t’encourage à t’y essayer de temps en temps car ce poissons permet de progresser dans beaucoup de domaines qui servent sur les autres espèces.
      A bientôt et bon courage pour la fin de cette abstinence halieutique.

    2. Bonjour Oliv,
      encore merci pour ce petit mot. Je t’encourage à tenter cette espèce de temps à autre, tu devrais y trouver des quoi progresser dans le reste de tes pêches. D’autant que tu as quelques spots sympas pas très loin.
      A bientôt.

      1. salut Gaël, Je t’en prie pour le petit mot 😉
        A force de te lire clairement ça me tente bien de persister sur l’essai du Sandre, tu as raison en plus ça pourrait servir mes autres pêches à coté je le reconnais 😉
        Effectivement par ici et en remontant légèrement vers le Nord Ouest, il y a une jolie rivière à fort potentiel que tu connais bien pour la pratiquer et il y a aussi la Sèvre Nantaise 😉
        @ Bientôt

        OLIV’

  3. Salut Gaël, encore une fois tu n’est pas radin sur les conseils un grand merci .
    D’ailleurs tu connais des zones en haute Normandie ou le sandre est présent ? Prend soin de toi également et de ta famille. A bientot

    1. Bonjour Julien,
      sans hésitation la Seine que ce soit en amont et en aval de Rouen. Tu as là un des meilleurs secteur à sandre en France je pense.
      A bientôt et courage pour la fin du confinement.

  4. Bonjour Gaël,

    Je me rends compte à la lecture de ton article qu’à la belle saison, je ne pêche pas assez les bordures, les devants d’herbiers (cassure devant les bancs de nénuphars et cératophylles) quand je recherche le sandre même tôt le matin ou tard le soir car je recherche plutôt les bois morts dans 3-4m d’eau. Je vais donc prospecter les bordures où je vois le plus de poissons marsouiner.
    Super article, en tout cas.

    Une question : j’ai bien envie d’essayer les nitro shad 90 en rivière lente, tu conseilles quel(s) grammage(s) pour pêcher des postes de 2 à 4 m d’eau ? Et si tu avais 2 coloris à conseiller (j’ai pas vu de coloris flashy) ?

    1. Bonjour Jean-Louis,
      les bois morts restent des postes de premier ordre quand l’eau est claire et que les poissons sont au repos. Dans les rivières peu profondes et avec de l’eau claire il est parfois difficile de trouver de réels créneaux d’activité. Néanmoins, testes tout de même les postes évoqués ci-dessus et n’hésites pas à me tenir au courant.
      Pour les Nitro Shad, je pêche majoritairement avec des couleurs naturelles et sur les tailles 90 et 120. Pour les grammages j’utilise principalement 14 et 21gr. Au niveau des couleurs j’aime beaucoup le Clear Ayu, Blue Herring et Bright and shine.
      Au niveau des grammages ne t’inquiètes pas on joue sur des touches de réaction, il faut que ça descende assez vite. D’ailleurs rassures toi les gardons nagent aussi vite en rivière lente qu’en rivière rapide…
      A bientôt.

      1. Bonjour Gaël,

        Merci pour ta réponse qui m’amène à me poser d’autres questions sur le comportement du sandre en général. On parle de bois morts comme poste de repos, et d’herbiers comme postes de chasses par exemple mais je trouve qu’on a peu de documents résultant de recherche sur la vie du sandre. En effet, on peut penser qu’en cas de crue, les sandres se placent sur les bordures le temps que le courant leur permette d’aller ailleurs mais qu’en est t-il en cas de niveau normal ?
        A quoi ressemblent 24 h d’une vie d’un sandre (quand le niveau est normal) : combien passe-t-il de temps sur un même poste, a -t-il plusieurs postes de repos ou ne fait-il que de traverser la rivière depuis un arbre mort pour aller chasser sur le plateau d’en face ? Les sandres suivent-ils un parcours comme j’ai pu le lire dans des revues mais dans ce cas là, c’est penser , que comme nous, les sandres « dorment » au même endroit (je caricature : la nuit il semblerait plutôt qu’ils soient actifs) et qu’ils font une boucle pour revenir au même poste de repos. Au contraire se déplacent-ils sur plusieurs jours à des endroits différents pour repasser finalement au même endroit quelque jours plus tard ?
        Bref, il doit exister quand même des recherches effectuées sur la vie du sandre concernant leur mode de vie (leur déplacements,…). Quel est ton point de vue et connais-tu de telles recherches ?

        1. Bonjour Jean-Louis,

          le sandre reste un poisson mystérieux, je suis convaincu qu’il y a déjà au sein d’une même population des comportements différents. Néanmoins, quand les populations sont bien étoffées je suis convaincu qu’ils ont des circuits “saisonnier” qu’ils empruntent chaque jour à heure fixe. Seul les gros changements(temps,débit,niveau etc) peuvent changer leurs habitudes. J’ai eu trop de fois l’occasion d’observer des pics d’activité à des heures régulières plusieurs jours d’affilés pour ne pas y croire.
          Je pense que sur les grands milieux ils peuvent parcourir des distances importantes quotidiennement. En rivière ces déplacement journaliers sont plus courts selon moi mais il y a vraiment des déplacements importants entre chaque saison.
          L’étude la plus sympa sur le sandre que j’avais lu était signé de Christophe Barla. Je ne sais pas si il y a moyen de la retrouver.
          Bonne fin de confinement et à bientôt.

  5. Bonjour Gaël,
    Merci pour cet article.
    Je peche le sandre du bord en Loire.
    Peux-tu STP me donner quelques références de TP fluo pour du linéiaire de 5 à 14g.
    As-tu des références UV ?
    Merci.
    A+
    Tony.
    ps. ça va la cuisse après le tuto pour enlever le triple ? 🙂

    1. Bonjour Tony,
      au niveau des têtes fluo j’utilise les G Slide Gunki, les Deep Jig Berkley sont également très bien.
      Pour ce qui est des têtes UV, rassures toi toutes les têtes fluos, sont UV.
      Pour ma cuisse rassures toi aucun souci ce n’était qu’une petite piqûre, il y en aura d’autres. En espérant que ce petit tuto rendra service à quelques pêcheurs maladroits. A bientôt, merci pour ton petit mot.

    1. Bonjour Florent,
      deux problématiques, je ne sais pas réellement quand nous allons être en mesure d’aller au bord de l’eau c’est donc délicat de faire un article spécifique. Ensuite, je ne souhaite pas faire d’article sur le sandre en tout début de saison on va dire sur sa pêche au mois de mai, car il y a des régions das lesquelles ils sont encore sur les nids. Tout pêcheur de sandre qui se respecte se doit de les laisser tranquilles durant cette période. Il en va de nos pêches futures. En revanche je serai ravis de faire un article sur les pêches de sandre en juin mais il me semble l’avoir déjà réalisé. Je vérifierai, si ce n’est pas le cas je le ferai bien volontiers car c’est une pêche bien spécifique.
      Bonne fin de confinement en espérant que l’on nous laisse aller à la pêche rapidement.

Laisser un commentaire