fermeture au sandre sur la Vilaine. Episode 1

Depuis pas mal d’années, je ne fais plus l’ouverture de la seconde catégorie pour rechercher le sandre. Au début du mois de mai, il arrive que l’on trouve encore des poissons sur les frayères. Alors dans le doute, je vais souvent au saumon pour éviter tout problème de conscience. Les sandres doivent attendre fin mai début juin pour revoir mes leurres. Pour la fermeture, il en est tout autrement. Les poissons sont en pleine forme, pas trop profond si l’eau est un peu trouble et, potentiellement, les gros sandres sont mordeurs. Aussi, il est bien rare que j’en manque une. Cette année avec plus de 2000 m3s en sortie de Paris, la Seine ne permettait pas de terminer cette année en beauté. J’ai donc pris la direction de la Bretagne pour retrouver les sandres de la Vilaine. J’aime ce fleuve et le pratique depuis des années. Cet automne encore j’ai vécu de vrais bons moments à rechercher ses sandres et ses perches.

J’ai donc retrouver une partie des Barges du 44 ainsi que certains des habitués de ce blog pour pêcher, échanger et passer un bon moment pendant les trois derniers jours de la saison. Pour la journée du vendredi, j’embarque avec Jean-Luc. Nous commençons sur la partie aval du fleuve. Dès les premières dérives, Jean-Luc mais également, Fabrice, Dorian et Christian prennent une série de touches. La rivière est à 10 degrès et les gardons “grouillent” en surface. Nous prospectons en verticale autour de cette activité. J’ai l’impression de pêcher dans le vide. Les gars ont pêché la veille. Ils sont donc repartis avec les leurres gagnants. Je découvre et je prend le temps de passer les leurres qui me semblent convenir à la situation.

Après un petit poisson Jean-Luc nous monte un poisson sympa à bord.

bien joué Jean-Luc. T’es un chef!

Nous continuons en verticale un moment mais à part des touches de petits, rien de bien sympa à déclarer. Le passage d’un grand plateau en linéaire est pas beaucoup plus productif. Je trouve un sandrillon capable d’engouffrer mon Tipsy.

Nous nous retrouvons avec une dizaine d’autres pêcheurs pour le repas du midi. Ambiance garantie. Tout le monde a eu des touches et pris des poissons mais rien de bien sérieux. Il semblerait que cette année ce secteur n’ai pas livré de beaux poissons comme par le passé. Les filets des pro semblent faire de sérieux dégâts sur le populations piscicoles de cette partie de la Vilaine.

C’est donc après une pause casse-croûte que l’on reprend notre pêche. Nous avons prospecté majoritairement des plateaux sablo-vaseux le matin. Nous repassons très vite sur les postes qui ont livré des poissons et des touches le matin. Je vais enfin avoir des touches plus franches, mais sans pouvoir vraiment avancer dans mes recherches car je prend chaque poisson sur un leurre différent…

 I Shad Tail  brun pour celle ci.
petite surprise sur mon I Shad.
c’est quand même pas bien gros…

Nous prenons l’option  : bordures rocheuses pour tenter de prendre des poissons plus gros.

t’es un chef!

C’est pas beaucoup mieux…

Magic Slim Shad Illex pour ce gourmand.

J’ai même un mâle précoce qui me rend visite.

passage rapide au G bump.
un charbonnier de décembre???

Une première journée sympa mais frustrante car j’ai le sentiment que nous sommes passés à côté de la pêche. Dans tous les cas, le lendemain changement de secteur et je vais retrouver Poca et JP pour tenter de faire des plus gros poissons

Sur ce, je vous dis à bientôt au bord de l’eau.

6 thoughts on “fermeture au sandre sur la Vilaine. Episode 1

    1. Bonjour Cyril,

      je pense en effet que le problème majeur de ce fleuve est lié à la pêche pro. C’est bien dommage de voir le potentiel énorme de ce fleuve hypothéqué pour quelques pêcheurs pros!
      Bonne journée
      Gaël

  1. Les services vétérinaires devraient faire analyser la chair de ces sandres pour voir s’ils sont consommables. La Vilaine charrie des pesticides du maïs et en aval de Rennes une grosse part du débit est assuré par les égouts de la ville. Pas de gros affluents entre rennes et redon pour diluer ça, au contraire, c’est deux petitesrivières pourries qui s’y déversent : Seiche et Semnon

    1. Bonjour Yannick,
      ces analyses sont à double tranchant. En effet elles permettraient certainement de faire stopper la pêche pro mais il serait aussi interdit de consommer le poisson. Voir, si les taux sont trop élevés, de faire fermer la pêche au nom du principe de précaution…
      Bonne journée
      gael

  2. Bonjour Gaël ,

    Je connais bien la vilaine pour la pratiquer très souvent et effectivement on fait de moins en moins de sandres’ de taille correcte et tout ceci à cause d un pêcheur pro qui ne respecte rien et qui pèche maintenant du pont de cran jusqu à arzal et 6 jours sur 7 .
    Beaucoup de pêcheurs se plaignent en appelant les appma mais rien ne bouge à croire qu il est vraiment protégé .

    Thierry Sauzereau.

    1. Bonjour Thierry,

      pour bien connaître cette rivière, je fais le même constat et je ne peux que déplorer qu’une seule personne, pour des bénéfices personnels, pille le bien commun. C’est dramatique et je pense que seule l’unité des pêcheurs et une mobilisation à grande échelle pourra enrayer ce drame. En parler c’est déjà alerter et informer d’autres pêcheurs sur ce qui se passe réellement sur nos cours d’eau.
      Bonne journée et merci pour cette intervention qui malheureusement ne fait que confirmer mes craintes.
      Gaël

Laisser un commentaire